lundi 23 mai 2011

Les vieux malts sont-ils synonymes de "whiskies d’exception" ?

 
Bien souvent les gens semblent penser que plus un whisky est vieux, plus il sera bon. A ceux-ci, je dis : "Détrompez-vous !"
Si vous imaginez qu’en achetant un 40 ans d’âge à prix d’or, il sera systématiquement meilleur qu’un 10 ans d’âge à prix raisonnable, alors vous faites fausse route.
Entre les vieux whiskies trop éteints (puissance aromatique faible), ceux à l’astringence boisée trop prononcée ou ceux qui manquent de maturité, même après plusieurs dizaines d’années de vieillissement, les surprises sont parfois consternantes.
Savoir distiller est une chose mais savoir sélectionner ses fûts et contrôler leur maturation dans les chais en est une autre. Et lorsque le whisky est destiné a cohabité avec le bois durant 30 à 40 ans, je vous assure que la part "qualité du fût/maturation" prend amplement le pas sur celle de la distillation.
A l’inverse, il arrive que l’alchimie qui nait de l’interaction entre le distillat, le fût et le climat des chais réussisse à engendrer de vraies merveilles en très peu de temps. Et quand ils sont sans défaut et qu’ils connaissent une maturité suffisamment importante, les jeunes whiskies ont l’avantage de présenter une puissance aromatique et une précision remarquables.
Ce phénomène se présente plus facilement sur les whiskies tourbés (la tourbe masquerait-elle plus facilement les imperfections de la jeunesse ?), comme de jeunes Laphroaig ou Port Charlotte d’à peine 5 ou 6 ans, mais parfois également sur des non-tourbés, tel ce Tamdhu récemment goûté à l’aveugle.


Tamdhu 2004 (6yo) The Ultimate - 60,2%

Le nez dévoile un malt très gourmand et puissant. Nous avons là une superbe alliance rhum/raisin/caramel agrémentée d’une bonne dose d’épices. Ce nez évoque très fortement la crème brûlée et le caramel au beurre.
En bouche, l’attaque est puissante et immédiatement sur le caramel puis revient sur cet arôme de crème brûlée.
La finale est longue et puissante.

Un whisky très gourmand, puissant mais jamais agressif.


Tout ça pour dire qu’il faut se méfier des préjugés et que ni l’âge, ni le coût ne peut déterminer à l’avance de la grandeur d’un malt.

-Pierrot

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire

Auteurs à succès