mardi 28 avril 2009

Pas dégueu ces gueuzes du Pajottenland (Toer de Geuze 2009)


C'était fort bien, ce Toer de Geuze! Bon, il a bien fallu faire un choix et se limiter à cinq brasseries et geuzestekerijen (ou on coupe le lambic - certaines sont uniquement des geuzestekerijen et pas des brasseries, car elles coupent du lambic mais n'en brassent pas eux-mêmes), parce que faire les neuf en sept heures, ça aurait été un peu barbare. Notre choix s'est donc porté sur la région sud du Pajottenland, en commençant par Beersel vers 10h30 (3 Fonteinen et Oud Beersel), puis Dworp (Hanssens), ensuite Lembeek (Boon) pour terminer enfin notre périple à Gooik (De Cam) avant de remettre le cap sur la capitale vers 17h.

Pendant ce sympathique itinéraire nous avons eu l'occasion d'en apprendre un peu plus sur les techniques de brassage, de conservation et de coupage du lambic, mais aussi (et surtout) de goûter les produits - bruts ou finis.

  • 3 Fonteinen

Mais commençons par le commencement : Beersel, son beau château (qu'on n'a même pas vu) et ses deux magnifiques brasseries. Arrivés vers 10h30 sur la petite place centrale, où l'attrait de la gueuze mais aussi la messe attirait déjà pas mal de monde malgré la fine pluie désagréable, nous nous sommes rapidement dirigés vers la brasserie 3 Fonteinen pour une petite visite (la brasserie entière tenant dans une pièce assez modeste, il aurait été difficile d'en faire une longue) en néerlandais suivie d'une dégustation d'un lambic jeune et d'une Oude Geuze. Le lambic était caractérisé par une forte acidité, probablement due à son jeune âge, mais les notes de bois y étaient déjà bien présentes (en ce qui concerne la Oude Geuze, je vois renvoie à mes notes de dégustation de la semaine précédente).

  • Oud Beersel

Toujours sous la pluie nous avons parcouru le gros kilomètre qui sépare 3 Fonteinen de Oud Beersel. Même scénario ici où on nous emmène faire un bref tour dans les anciennes installations brassicoles tout en dégustant un lambic de deux ans (dans un gobelet en plastique, dommage). Ce qui frappe par rapport à 3 Fonteinen, c'est l'atmosphère chargée d'histoire des lieux. On sent immédiatement qu'on a affaire à une tradition plus que centenaire dans ces bâtiments, ou les installations anciennes cotoient un bazar organisé, sorte de petit musée du brol de la gueuze. Le tout enveloppé d'une belle couche de poussière et de toiles d'araignées, ce qui renforce bien sûr l'impression. C'est très sympathique, et le lambic est aussi fort agréable, moins acide que celui de 3 Fonteinen, et plus amer car apparemment on y ajoute ici plus de houblon.


Après la visite direction les 'tonnelles' sur la petite place de l'autre côté de la rue, histoire d'aller déguster d'autres produits de la brasserie : une Oude Kriek et une Oude Geuze. Deux très bons produits, caractérisés par une forte acidité tempérée légèrement par une certaine amertume. Un petit sandwich au porc arrosé au lambic plus tard, et on repart.

  • Hanssens

Quatre kilomètres plus au sud, à Dworp (qui fait en réalité aussi partie de la commune de Beersel), c'est au tour de la geuzestekerij Hanssens de nous accueillir. Entretemps, le ciel s'est un peu dégagé, il ne pleut plus et les premiers rayons de soleil font même leur apparition! Enfin un temps à gueuze. Les bâtiments de Hanssens sont visiblement un ancien drink market reconverti. En y regardant de plus près, on distingue encore le logo Maes Pils recouvert de peinture bleue sur la pancarte 'Depot Hanssens' au dessus de l'entrée du bâtiment. De nombreux animaux habitent les alentours de l'allée menant au dépôt : lapins, poneys, ... Quant au gros chat brun-roux de la brasserie, il se prélasse sur une table en attendant que les visiteurs prennent la peine de la caresser. Mais revenons à nos moutons (haha) : la bière! Après s'être offert un petit verre de Lambic servi directement depuis le tonneau, Fred et moi avons parcouru les lieux sans toutefois suivre de visite guidée cette fois. On a pu admirer les tonneaux reposant à l'étage, la machine a embouteiller, les couloirs remplis de bouteilles couchées reposant en attendant que la refermentation en bouteille soit suffisament avancée pour commencer à les vendre... Tout en dégustant bien entendu le susdit lambic! Celui-ci nous a paru plus doux que les précédents (sans être sucré bien sûr, on parle toujours de lambic non-adouci), et sans vraiment d'amertume contrairement à celui de Oud Beersel. Profitant ensuite de la "terrasse" ensoleillée, on s'est décidés pour tester un produit original de l'endroit : une Oudbeitje, un lambic à la fraise introduit dans la gamme en 1999. L'Oudbeitje a un nez qui respire vraiment la vraie fraise, mais sans notes douces ou sucrées. Le goût confirme cette impression, on a bien affaire à un 'vrai' lambic, bien acide mais avec des arômes de fraise. Assez intéressante innovation restant malgré tout ancrée dans une tradition séculaire.

  • Boon

Après Hanssens, direction Sud-Ouest vers Lembeek et la brasserie Boon. Le soleil est maintenant bien la, il fait doux et c'est bien agréable. Dès notre arrivée à proximité de la brasserie, on se rend compte de la différence de taille! Boon ferait presque penser à un géant face à ses confrères précédemment visités... En parlant de visite, on a mal calculé notre coup : trop peu de monde pour commencer une visite quand on est arrivés, et trop de monde qui faisait la file après être passé par le bar chercher un rafraîchissement... Nous avons donc décidé de nous contenter de la dégustation! Devant le choix important de produits, nous avons finalement opté pour une Oude Geuze Mariage Parfait 2004. Et quel bon choix! Une gueuze plus forte que la moyenne (8% tout de même), moins acide, un peu plus amère, avec une discrète douceur... Elle présente un excellent équilibre et est très agréable à boire!

  • De Cam

Après avoir dégusté notre Mariage Parfait, il nous restait encore environ une heure avant 17h. Nous avons alors mis le cap sur De Cam à Gooik, en mettant tristement une croix sur le café In de Verzekering tegen de Grote Dorst, que l'on visitera une autre fois (la fête de la Kriek en juin?). A la geuzestekerij De Cam, on se décide enfin à goûter la Oude Gueuze Mega Blend, dont on a pourtant déjà acheté quelques bouteilles depuis le début de notre périple... Verdict : pas de regret d'en avoir acheté 'à l'aveugle' (au contraire, je me dis maintenant que j'aurais du en ramener plus)! Cette gueuze, qui est le résultat d’un mélange de jeunes et vieux lambics provenant de huit des neuf brasseries participant au Toer de Geuze (seule Mort Subite n’a pas fourni de lambic pour ce blend), est vraiment très équilibrée et splendide. A noter qu'il est imprimé sur les bouteilles qu'elle est "à consommer de préférence avant... 2028". Je ne sais pas si j'aurai la patience d'en garder jusque la pour goûter leur évolution, mais je vais certainement en garder une ou deux en cave pendant quelque temps tout de même. En parallèle à ce Mega Blend, nous avons quand même aussi tenu à tester la Oude Geuze De Cam, qui vaut également le détour...

En conclusion, on peut vraiment se réjouir qu'autant de petites merveilles soient encore produites chez nous, selon une tradition et un savoir-faire ancestral avec des résultats vraiment formidables, uniques et surprenants! Je ne pense pas que j'attendrai le prochain Toer en 2011 avant d'y retourner m'approvisionner directement chez les producteurs!

Proost!

-Toine

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Auteurs à succès